Enseignement.be - hauts potentiels - espace 'professionnels' - situations vécues - Martine, 4ans

banner du site

Menu Enseignement.be

 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 23:45.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 00-00-0000 à 00:00.

hauts potentiels - espace 'professionnels' - situations vécues - Martine, 4ans

 


Description de la situation- Propos recueillis auprès de la famille

Martine est entrée en première maternelle à 2 ans et 6 mois, au début du mois de mai. Au mois de septembre suivant, l’école, avec l’accord des parents, décide de l’inscrire directement en classe de deuxième maternelle, compte tenu de sa rapide intégration dans le groupe des « forts ».

Cependant, les parents continuent à se poser de nombreuses questions sur l’intelligence de leur enfant. Sociable, tant à la maison qu’à l’école, Martine est décrite par l’entourage familial comme étant une enfant curieuse, toujours en mouvement, à l’expression orale aisée quel que soit le contexte, différent des autres. La mère se souvient de sa fille qui tenait en position assise dès l’âge de quatre mois, s’exprimant correctement à 12. Dès trois ans, Martine connaît l’alphabet et effectue des opérations arithmétiques (additions, soustractions) sur les dix premiers nombres sans matériel. Il faudra attendre l’âge de quatre ans pour que l’enfant sache se laver et s’habiller sans aide. La famille relève quand même quelques soucis : Martine s’endort difficilement le soir, fait de nombreux cauchemars, se réveille maintes fois durant la nuit pour rejoindre ses parents.

Au moment où les parents consultent à nouveau l’école et le CPMS, l’enfant alors âgée d’un peu plus de quatre ans, se plaint du comportement de ses condisciples qu’elle qualifie de « bébé ». Elle va à l’école sans entrain et exprime le souhait d’apprendre à lire. Martine est alors en troisième maternelle. Elle vit cette année difficilement. Contrairement à ses condisciples, elle commence à reconnaître certains mots. Si elle écrit son nom correctement et sans modèle en imprimé, elle accède difficilement à l’écriture en cursive. Elle s’oppose à toute activité de coloriage et de dessin au profit des activités plus complexes faisant appel à des notions de lecture ou de mathématiques.

Les parents comme l’institutrice soulignent le côté impulsif des réponses fournies par l’enfant Ils semblent dire qu’elle agit sur le mode du « tout ou rien ». Si une difficulté se présente à elle, elle choisira de mettre un terme à l’activité plutôt que de tenter de résoudre le problème ou se mettra en colère. Selon la mère, Martine se décourage rapidement et accepte mal l’échec. Au jeu, l’institutrice avait rapporté à la famille que l’enfant est une mauvaise perdante. Elle va jusqu’à changer les règles en cours de partie pour éviter l’échec. En classe, un tel comportement crée des conflits entre elle et les autres enfants. Les parents confirment l’observation de l’institutrice.

C’est donc dans le courant de la troisième maternelle qu’un test de QI est réalisé, sur base d’une WPPSI, à la demande des parents, principalement de la mère. La question du passage en première année est abordée.

Résultats obtenus aux tests de QI – Propos recueillis auprès de la psychologue

Echelle verbale Echelle de performance
Information 15 Dessin des animaux 14
Vocabulaire 19 Complètement d’images 13
Arithmétique 17 Labyrinthe 13
Similitude 15 Figures géométriques 12
Compréhension 14 Carré 7
QIV : 140 QIP : 113
QIT : 131

Durant la passation des tests, Martine se montre dans l’ensemble performante, mais réclame des encouragements lorsqu’elle se perçoit en échec. Elle affichera de la nervosité et de l’anxiété durant l’épreuve. La psychologue a pu observer que la fillette se défendait volontiers en refusant de se laisser solliciter émotionnellement. Souvent, l’enfant recourt à l’omnipotence et à la directivité. Martine supporte difficilement que l’attention de l’adulte ne soit pas focalisée directement sur elle. Comme Martine verbalise toutes ses actions, elle requiert l’attention constante de l’adulte.

Dans le cadre du testing, il a été remarqué le peu de soin qu’elle porte au graphisme. La fillette a une capacité de concentration satisfaisante, même si elle manifeste de la fatigue et entraîne l’adulte vers des activités davantage ludiques.

Avis de l’école – Propos recueillis auprès de l’équipe éducative

Vu les résultats obtenus aux tests et compte tenu de sa vie dans la classe et à la maison, les avis de passage en première primaire à 4 ans et demi sont partagés.

L’enseignante de 1re primaire est peu favorable à l’entrée d’une enfant aussi jeune et de petite taille dans sa classe. Si cela devait se faire, l’institutrice demande à être accompagnée par l’équipe du CPMS, car il s’agit d’une situation inconnue pour elle. L’enseignante de 3e maternelle, quant à elle, préconise un maintien dans sa classe pour perfectionner le graphisme, permettre à Martine d’accéder à des activités plus ludiques l’après-midi et gagner quelques centimètres. Finalement, face à l’insistance de la mère, l’inscription en première année primaire sera tentée.

Aujourd’hui, nous pouvons attester de la bonne intégration de la fillette sur le plan cognitif. Les apprentissages se sont réalisés sans difficulté particulière. Toutefois, cette année fut très fatigante pour Martine qui rencontrait des difficultés à suivre le rythme de ses condisciples plus âgés. Régulièrement, elle réclamait des pauses ludiques qui ne pouvaient lui être accordées. Un aménagement interne a donc été mis en place. Quand la fatiguée était trop marquée, Martine était accueillie par l’enseignante qui s’occupe des remédiations. L’enfant pouvait ainsi travailler davantage à son rythme.

L’équipe pédagogique craint le passage en 2ème primaire où le rythme est davantage soutenu et l’autonomie des enfants davantage sollicitée. Vu sa petite taille, Martine éprouve des difficultés à se déplacer avec son matériel. Au niveau de la gestion du quotidien, elle réclame beaucoup d’aide, est incapable de ranger ses fardes et cahiers ou de les trouver rapidement.

 

 

 

 

 

logo des recours FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF