Menu Enseignement.be

 
ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Projet pilote 'Cellules Bien être'

 

Les questions de bien-être traversent notre société. Afin de promouvoir la santé et éduquer au bien-être, les pouvoirs publics ont développé de nombreuses interventions dans les différents milieux de vie. L’école est l’un d’eux, le plus influent après la famille.

Toutefois, l’école ne peut agir seule.
Elle doit :

  • veiller à limiter son rôle éducatif à ce qui se vit à l’école ;
  • pouvoir s’appuyer sur des services spécialisés ;
  • s’articuler sur les autres milieux de vie des enfants et des jeunes.


L’école ne dispose pas du temps et des ressources nécessaires pour aborder toutes les thématiques proposées par les différents intervenants de la promotion de la santé et de l’éducation au bien-être. De plus, le morcellement des actions est un frein à la prise en considération de l’être humain dans sa globalité.

Pour plus d'information :  (document MS Word, ressource 9151) Cellules Bien-être - Dispositif-pilote de mise en place de « Cellules Bien-être » dans les établissements scolaires (extrait du document de présentation du projet pilote en assemblée stratégique)

 

La dynamique générale : développer une stratégie de prévention globale et durable

La politique poursuivie en matière de bien-être en milieu scolaire s’inscrira dans la durée. Elle s’intégrera dans un projet global de bien-être qui sera modulé en fonction du contexte et des besoins. Elle favorisera les méthodes interactives construites en partenariat avec les jeunes.

Prévention globale

Tout travail de sensibilisation et de prévention à une thématique spécifique gagne à s’inscrire dans une approche globale qui prend en compte un ensemble de thématiques proches.
Par exemple :

  • aborder la question de l’éducation à la vie affective, relationnelle et sexuelle en faisant des liens avec le développement du bien-être, de la confiance en soi et de l’estime de soi, avec la promotion du respect de l’autre et de la solidarité ;
  • aborder la question de la violence scolaire par le biais de l’éducation à la citoyenneté ;
  • promouvoir une alimentation saine gagne à s’accompagner d’une réflexion sur l’organisation de la cantine scolaire, la présence ou non de distributeurs de « canettes » ou de « barres chocolatées » dans l’école mais aussi sur l’objectivation de certaines informations dans le cadre du cours de sciences.

Développement durable

Le travail de sensibilisation, d’éducation et de prévention gagne à s’inscrire dans la durée.
Le travail réalisé auprès des adultes de l’école permet la sensibilisation aux « attitudes saines », aux « signaux d’alerte », ainsi qu’ « aux alternatives existantes ». De ce fait, il facilite le travail auprès des élèves concernés.
La politique poursuivie en matière de Promotion de la Santé privilégiera les approches centrées sur les personnes et leurs perceptions de la réalité.
L’objectif ne sera pas seulement la présentation des risques ou le rappel du danger mais l’ouverture d’un dialogue et l’invitation à la rencontre (entre élèves, entre élèves et adultes,…).
Les acteurs de l’école doivent être conscients que leur rôle n’est pas seulement de transmettre un savoir, de rappeler l’existence d’un danger, mais aussi de donner aux jeunes les meilleures chances de devenir davantage autonomes, critiques et responsables conformément aux prescriptions du décret missions.