ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 21-10-2022 à 00:00.

Le nouveau pilotage des écoles : soutenir, responsabiliser… dialoguer

 


Des équipes éducatives plus autonomes, qui travaillent et prennent des décisions collectivement pour élaborer le futur de leur école : c’est le principe du nouveau système de pilotage des écoles.

Mise en place par la Fédération Wallonie-Bruxelles dans le cadre du Pacte pour un Enseignement d’excellence, la réforme a pour objectif de rendre le système éducatif plus efficace et plus équitable. Concrètement, chaque direction d’école, avec son équipe éducative, élabore son plan de pilotage qui, une fois approuvé par la Fédération Wallonie-Bruxelles, devient contrat d’objectifs pour une durée de six ans.


Ensemble, direction et équipe éducative, soutenues par leur pouvoir organisateur et accompagnées par un délégué au contrat d’objectifs (DCO) de la Fédération Wallonie-Bruxelles, tracent le chemin à parcourir pour l’avenir de leur école en tenant compte des sept objectifs d’amélioration du système scolaire fixés par le Pacte. Ainsi, chacune des 2.685 écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles contribue, à son niveau, à l’amélioration de la qualité de notre enseignement.

 

Pourquoi des délégué.es au contrat d'objectifs (DCO) ?


Les DCO supervisent le pilotage de chaque école : ils analysent les plans de pilotage, suivent et évaluent la mise en œuvre des contrats d’objectifs, avec pour visée les objectifs d’amélioration du système éducatif.

Dans le cadre de leurs multiples missions, les DCO vont ainsi à la rencontre des écoles, des équipes éducatives et des partenaires de l’école (tels que les parents), et se chargent de mettre en place un dialogue constructif avec ces divers acteurs.

En parallèle, les DCO travaillent aussi de concert avec les directions d’établissement, les Pouvoirs Organisateurs et les Fédérations de Pouvoirs Organisateurs dans le cadre du pilotage et de l’implémentation de la nouvelle Gouvernance du système éducatif.

 

 

• • • • •

 

 

Un nouvel instrument pour soutenir la dynamique collective dans l’école


Dans le cadre de l’élaboration de son plan de pilotage, chaque école est autonome. Elle établit son plan de pilotage en fonction de sa réalité et de l’analyse des forces et des faiblesses de l’école que l’équipe éducative a elle-même réalisée.

Pour avoir du sens, le plan de pilotage doit être issu d’une dynamique de réflexion collective. Pourquoi ? Parce que le plan de pilotage n’a de sens que s’il entraine toute l’équipe de l’école durant les six années qui suivent. C’est aussi pour cela que le Pacte prévoit notamment des temps de travail collaboratif et plus de formations, des moyens pour la coordination et les tâches collectives réalisées pour l’école et tous les élèves, etc.

Au-delà de l’équipe éducative, le plan de pilotage de l’école prend également en compte le point de vue des parents, des élèves et des centres PMS, au moment de son élaboration, mais aussi chaque année au moment où l’équipe fait le point et autoévalue son contrat d’objectifs.
 

> consulter la circulaire 8242 relative à l’élaboration des plans de pilotage

 

 

• • • • •

 

 

Un plan de pilotage devenu contrat d’objectifs qui dessine le futur de l’école


Une fois finalisé, le plan de pilotage devient le contrat d’objectifs que l’école va mettre en œuvre pour une durée de six ans.

Ensuite, chaque année, l’école va réaliser son auto-évaluation de manière collective, avec toute l’équipe, en associant aussi les élèves et leurs parents.

Après trois et six ans, la mise en œuvre est analysée par le DCO dans le cadre d’un dialogue avec l’école. A la suite de l’évaluation finale, l’école élabore un nouveau plan de pilotage pour travailler collectivement sur les améliorations qu’elle souhaite pour elle-même, ses équipes et ses élèves.

 

 

• • • • •

 

 

Quand débutent les évaluations intermédiaires des premiers contrats d’objectifs ?


La mise en œuvre des contrats d’objectifs des écoles de la vague 1 est prévue jusque 2025 avec une évaluation à mi-parcours en 2023. Les évaluations intermédiaires des contrats d’objectifs des écoles de la vague 1 débutent donc au cours de l’année scolaire 2022-2023, à partir du mois de février 2023.

L’évaluation intermédiaire du contrat d’objectifs permet de dresser, après trois ans, un bilan sur la mise en œuvre du contrat d’objectifs. Il s’agit de se questionner sur l’évolution de la situation de l’école, des équipes, des élèves, depuis que l’école a commencé à mettre en œuvre son contrat.

L’évaluation intermédiaire n’a pas pour but de vérifier que les écoles ont déjà atteint leurs objectifs et leurs cibles : il s’agit d’un moment d’échange entre le DCO et l’école, visant à faire le point sur la mise en œuvre, sur ce qui a bien ou moins bien fonctionné et, si nécessaire, à adapter le contrat, pour que l’école puisse se donner les meilleures chances d’atteindre les objectifs qu’elle s’est elle-même fixé. Cette évaluation s’inscrit dans une dynamique collective, similaire à celle qui a permis l’élaboration du plan de pilotage et la mise en œuvre du contrat.

Plusieurs dispositifs visant à informer les écoles de la première vague sont prévus : un guide de l’évaluation intermédiaire publié par voie de circulaire (#8737), des webinaires organisés par l’AGE et des formations par l’Institut de la formation professionnelle continue.

 

En savoir plus sur les évaluations intermédiaires ?
 

> visionner le webinaire « évaluation intermédiaire du contrat d’objectifs »    /    YouTube (1’55’’49)

> télécharger le Guide de l’évaluation intermédiaire du contrat d’objectifs    /    PDF